Archive for the ‘il y avait en haut trop d'étoiles dans le ciel et pas assez en bas dans la terre-2014’ Category

il y avait en haut trop d’étoiles dans le ciel et pas assez en bas dans la terre – promenade sans bouger

Monday, June 16th, 2014

promenade sans bouger – performance
Nuit des musées
samedi 17 mai 2014 à 20h30, durée 40 min

INTERFACE appartement / galerie
12 rue chancelier de l’hospital, 21000 dijon – france
avec le soutien de La Fédération Wallonie-Bruxelles  et Wallonie-Bruxelles International

Trace vidéo:
il y avait trop d’étoiles dans le ciel et pas assez en bas dans la terre – performance
à propos de mes taupes, leurs histoires naturelles et métaphoriques, la réponse du secrétaire de leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges à ma lettre.
promenade sans bouger – performance  durée 40 min
Nuit des Musées – Interface, Dijon – samedi 17 mai 2014


il y avait en haut trop d’étoiles dans le ciel et pas assez en bas dans la terre

Thursday, May 1st, 2014

Lettre à leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges
sérigraphie 42 x 29,7 cm, déposée le 4 avril 2014, au Palais Royal à Bruxelles


A leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges

Selon la convention, une taupinière ne procure aucune sensation de beauté. Elle est considérée comme inesthétique sur une pelouse. Cependant, les taupes ont élu domicile devant votre domaine. Le parc public de Laeken est jalonné de taupinières qui rythment la promenade et soulignent l’ondulation des pelouses. Invisibles, les taupes vivent dans un monde dont nous n’avons aucune expérience; dans un autre espace, un autre temps. De sous terre, elles habillent notre monde et sculptent nos paysages. Elles font de la poésie, du verbe grec poïein – construire, faconner, créer. Les artistes sont un peu des taupes.

Considérant le réel comme un problème tout en ayant foi dans la réalité des choses, d’une taupinière à l’autre j’arpente à petits pas les pelouses du parc de Laeken. Papier et crayon en main, je cartographie les traces de l’existence des taupes sur terre. Dans l’atelier, j’imagine et dessine leurs territoires souterrains. Je récolte et note dans mes carnets les diverses histoires naturelles ayant trait à ces animaux et tous les mystères des choses qui en font des merveilles.

Les taupes sont solitaires. Chaque taupe occupe un territoire. Elles se rencontrent à l’orée du printemps ou par hasard. Chaque année, un peu plus d’un mois après être nées, les jeunes taupes sont priées de trouver un nouveau territoire pour s’installer. Elles remontent à la surface, quittent les pelouses déjà habitées à la recherche d’un petit paradis sous terre où nourriture, espace et tranquillité pourront leur être offerts. Elles s’enfuient au loin, traversent la route, survivent par chance au traffic, se glissent en-dessous des barrières, grimpent aux murs et se retrouvent dans le domaine royal.

Certaines auront la malchance de choisir la première pelouse libre, juste devant le palais  – elles n’y resteront pas longtemps. D’autres s’installeront peut-être dans les bois ou dans les recoins du domaine, et auront enfin le bonheur de pouvoir y vivre tranquillement une vie entière, je l’espère.

L’imaginaire est infini.

Auriez-vous l’obligeance de me permettre de rencontrer et de discuter avec vos jardiniers et vos taupiers ? De m’autoriser à parcourir discrètement votre domaine à la recherche des traces de ces petits habitants mystérieux, afin de cartographier et d’imaginer leurs parcours invisibles et hypothétiques ?

Cette solicitation peut paraître étrange et légère. Elle est simplement le prolongement d’une œuvre, celle de mes histoires naturelles qui vous sont présentées dans les documents joints à cette lettre.

Daignent Leurs Majestés accorder cette faveur et agréer l’expression de mon profond respect

Lise Duclaux


art de taupe à pied et à main n°14,
parc de laeken octobre 2013, dessin 70 x 50 cm


détail: art de taupe à pied et à main n°14, parc de laeken octobre 2013



art de taupe à pied et à main n°15,
parc de laeken octobre 2013, dessin 70 x 50 cm


Il n’y a pas de taupe dans mon jardin, mais j’en ai une dans la tête n°15 (art de taupe + vue de l’esprit sous terre + domaine de l’esprit) sérigraphie 72 x 51 cm, 10 ex, 2014


détaiI: l n’y a pas de taupe dans mon jardin, mais j’en ai une dans la tête n°15

a

Il n’y a pas de taupe dans mon jardin, mais j’en ai une dans la tête n°14 (art de taupe + vue de l’esprit sous terre + domaine de l’esprit), sérigraphie 72 x 51 cm, 10 ex, 2014


Il n’y a pas de taupe dans mon jardin, mais j’en ai une dans la tête n°16 (art de taupe + vue de l’esprit sous terre + domaine de l’esprit)
, sérigraphie 72 x 51 cm, 10 ex, 2014


constellations de taupes, vu du ciel, park de laeken février 2014
sérigraphie 55 x 92 cm, 10 ex, 2014

détail, constellation f, domaine public

détail, constellation n°4, domaine royal


monde taupes,
dessin 29,7 x 21 cm


monde hommes
, dessin 29,7 x 21 cm


nos pensées créent instantanément des formes
, sérigraphie 72 x 51 cm, 2014


le temps se vit grâce aux mouvements des formes
, sérigraphie 72 x 51 cm, 2014


ce qui est silencieux est essentiel
, sérigraphie 72 x 51 cm, 2014



l’escargot n’a pas le sentiment d’avancer lentement
, sérigraphie 72 x 51 cm, 2014

il y avait en haut trop d’étoiles dans le ciel et pas assez en bas dans la terre

Saturday, March 22nd, 2014

exposition du 12 avril au 18 mai 2014

INTERFACE appartement / galerie
12 rue chancelier de l’hospital, 21000 dijon – france
avec le soutien de La Fédération Wallonie-Bruxelles  et Wallonie-Bruxelles International