Archive for the ‘l'observatoire des simples et des fous - 2017’ Category

l’observatoire des simples et des fous, édition augmentée

Sunday, December 10th, 2017

25 exemplaires, édition à lire à la loupe – 22,5 x 32,4 x 6,8 cm

2 books with texts and drawing by lise duclaux, texts by Bendy Glu and Chris Straetling, visiting cards, a photo album, brochures with work by Le Carosse residents, digital video documentation, posters and cd with vocals and guitar by one of the residents.



août 2015

octobre 2015


dernier jour,
les vacances annuelles d’Annick Nölle Dick, Dope and Hair and logistic system D d’Heinrich Obst Bureau Gruzemayer


annick nölle sets up fire to dick, dope and hair

heinrich obst

l’observatoire des simples et des fous, ce n’est pas si simple – livre

Monday, June 5th, 2017

L’observatoire des simples et des fous, ce n’est pas si simple
de lise duclaux

followed by
compounded observation
de Chris Straetling
et
il y a ceux qui font des rondes le jour
, ce sont les bons
il y a ceux qui font des rondes la nuit, ce sont les mauvais
de Bendy Glu

livre, 21 x 13 cm, 224 pages – 18€
impression offset en trichomie, édition à lire à la loupe, 750 exemplaires numérotés
isbn:978-2-9601685-2-5

l’observatoire des simples et des fous, ce n’est pas si simple évoque et retrace subjectivement et poétiquement l’expérience de la deuxième année de la vie de l’observatoire des simples et des fous, vaste étendue de plantes médicinales (les simples) et sauvages (les herbes folles) en forme d’ellipse où un accès unique menait à un espace circulaire situé en son centre habité par un marronnier. cette oeuvre évolutive est née au printemps deux mille quatorze dans un pré à brouter adjacent au foyer de vie pour adultes présentant une déficience mentale le Carrosse situé à saint-symphorien en belgique. il a été ouvert au public tous les week-ends du vingt-cinq avril au vingt-cinq octobre en l’an deux mille quinze, rythmé par des picniques – journées – particulières – performances et des ateliers. il a été mangé par les vaches en l’an deux mille seize. L’observatoire était dans ce monde de fous un espace d’observation du mouvement de la vie et un espace de liberté