Archive for the ‘editions’ Category

les errantes naturelles

Saturday, March 5th, 2022

gris béton, rouge brique
concrete grey - brick orange

Couverture cartonnée, 258 pages, 134 dessins et photographies accompagnées de pensées et de textes bidouillés, 246 x 147 cm, édition à lire à la loupe 2022, ISBN : 978-2-9601685-3-2

Souvent les plantes qui poussent spontanément dans les rues des grandes villes sont devenues cosmopolites. Ces étranges familières-étrangères, fréquemment considérées comme impropres, nous envahissent-elles ou bien est-ce nous qui les avons envahies ? Pour herboriser, prendre en compte les autres – qui ne sont pas de notre espèce – il faut nécéssairement ralentir, se promener et observer à petit pas. Après un séjour dans la mégapole new-yorkaise à arpenter Brooklyn où les plantes spontanées s’accoquinaient avec les déchets, ralentir à Rome était devenue une évidence, tant la ville s’ancre dans l’histoire des fondations de notre civilisation occidentale. Du Tree of Heaven au Saxifrage à trois doigts, des pentes inconstructibles aux pensées émergentes du Tibre, des murs en pentes aux pentes emmurées, l’évidence sautait aux yeux: même si certaines espèces étaient les mêmes, ce n’était pas pareil. La nature est une étrangeté, mais que veut dire être naturelle ? Au-delà de la ressemblance, il fallait tenter d’apprendre de la différence, une différence pouvant faire la différence.
----------------------

Often plants that grow spontaneously in big cities streets have become cosmopolitan. Are these strange familiar-aliens, frequently considered improper, invading us, or have we invaded them? To botanise, to take into account the others,others – who are nonhuman species – it is necessary to slow down, to walk around and to observe by small steps. After a sojourn in the New York megalopolis, where spontaneous plants were clinging to the rubbish, slowing down in Rome became an obvious choice, as the city is so deeply rooted in the history of the foundations of our Western civilisation. slowing down in Rome became an obvious choice, as the city is so deeply rooted in the history of the foundations of our Western society. From the tree of heaven to the rue-leaved saxifrage, from the unbuildable slopes to the emerging thoughts of the Tiber, from the sloping walls to the walled slopes, the obvious was clear to see: even if some species were the same, it was not the same. Nature is a strangeness, but what does it mean to be natural? Beyond resemblance, it was necessary to try to learn from difference, a difference can make the difference.

c'est au plus près de la mer qu'on trouve les plus gros vers, livre

Thursday, June 10th, 2021

Editions du carreau - 2020
à commander aux éditions du carreau - machinealire@sfr.fr
150 exemplaires numérotés et signés, 20 x13,4 cm, 48 pages, cousu main

à l'horizon profond - livre boîte

Monday, June 7th, 2021

à l'horizon profond
livre boîte exemplaire unique
70 impressions digitales 42 x 29,7 cm sur papiers blancs ou colorés
+ liste des aphorismes, table des matières

a

- nous habitons une galaxie spirale barrée
- montagnesEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser
Taupinières parc de Laeken 01, Lise Duclaux
- l’espace ondule avec le temps
- toutes les étoiles sont comme nous elles naissent vivent et meurent, aucune étoile est seule perdue au milieu de l’univers
- valléesEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser, The mole, Kenneth Mellanby
- on a tous besoin de conditions favorables
- gazonEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser
The life of the mole, Gilliam Godfrey and Peter Crowcroft
- l’étrange à la couleur verte
- rien de ce qui est n’est séparé du reste
- communication entre voisinsEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser, The life of the mole, Gilliam Godfrey and Peter Crowcroft
- l’histoire humaine est plus qu’humaine
- l’autre est tout autre chose que l’autre
- matière sombreAurore, réflexions sur les préjugés moraux, Friedrich Nietzsche, Pour la science, revue août 1983
- l’atmosphère n’a pas de forme
- la lune s’éloigne chaque année un petit peu plus de nous
- entracteMes taupes, Günter Eich, The Natural History of Moles, Martyn L. Gorman and R. David Stone
- la surface du quotidien s’épaissit
- les racines n’ont pas d’idées arrêtées
- sujet et objetComment la terre s’est tue, pour une écologie des sens, David Abram
- the world is not a place
- mais comment l’univers est-il tombé aux mains des humains
- une étoile filante n’est qu’un petit grain de poussière qui s’enflamme dans l’atmosphère
- langageComment la terre s’est tue, pour une écologie des sens, David Abram, Pour la science, revue novembre 1983
- à regarder de près rien ne se ressemble jamais
- la nature a horreur du vide
- champignonsJamais seul, ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Marc-André Selosse
- le mélange est la forme propre du monde
- les certitudes sont toujours temporaires
- similitudeJamais seul, ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Marc-André Selosse, The new naturalist, The mole, Kenneth Mellanby
- il n’y a pas d’espace stable
- les racines sont des astres
- paysageLa grande balade, Hélène Bessette
- ça va sans dire
- et toi t’as peur
- mortMort d’un jardinier, Lucien Suel, Être au monde, Lise Duclaux
etc ...


à propos de l'observatoire des simples et des fous

Thursday, March 18th, 2021

les livres parlés
à propos de l'observatoire des simples et des fous, ce n'est pas si simple
2020/02-04 Mars Galerie de l'Erg

à l’horizon profond, quatrième partie des histoires naturelles

Tuesday, May 26th, 2020

à l’horizon profond, quatrième partie des histoires naturelles
Livret, 48 pages, 24,4 x17 cm, impression offset noir et blanc, 1400 exemplaires

Fondation Salomon, Abbaye d'annecy

textes de Anna Ozanne - link

 

 

 

plants know

Monday, April 1st, 2019

special edition for LLS Paleis
silkscreen on colored paper, 70 x 50 cm
ed. 30 ex. signed and numbered

LLS PALEIS dagblad N°6

Sunday, March 31st, 2019

Tempérer l'espace, espacer le temps

LLSPALAIS dagblad, N°6, zondag 31 maart 2019
A3, impression digitales, 17 pages (16 + légendes)

la naissance du monde, le pompoen et son syndrome de domestication, l’atmosphère, le temps et ses eléments

anders is anders dan anders, poster om mee te nemen, Inbox-Muhka

Sunday, December 10th, 2017

idea of a scale of natural beings, poster to take away, 297 x 594 mm - recto/verso


l'observatoire des simples et des fous, édition augmentée

Sunday, December 10th, 2017

25 exemplaires, édition à lire à la loupe - 22,5 x 32,4 x 6,8 cm

2 books with texts and drawing by lise duclaux, texts by Bendy Glu and Chris Straetling, visiting cards, a photo album, brochures with work by Le Carosse residents, digital video documentation, posters and cd with vocals and guitar by one of the residents.



août 2015

octobre 2015


dernier jour,
les vacances annuelles d'Annick Nölle Dick, Dope and Hair and logistic system D d'Heinrich Obst Bureau Gruzemayer


annick nölle sets up fire to dick, dope and hair

heinrich obst

l'observatoire des simples et des fous, ce n'est pas si simple - livre

Monday, June 5th, 2017

L’observatoire des simples et des fous, ce n’est pas si simple
de lise duclaux

followed by
compounded observation
de Chris Straetling
et
il y a ceux qui font des rondes le jour
, ce sont les bons
il y a ceux qui font des rondes la nuit, ce sont les mauvais
de Bendy Glu

livre, 21 x 13 cm, 224 pages - 18€
impression offset en trichomie, édition à lire à la loupe, 750 exemplaires numérotés
isbn:978-2-9601685-2-5

l'observatoire des simples et des fous, ce n'est pas si simple évoque et retrace subjectivement et poétiquement l’expérience de la deuxième année de la vie de l’observatoire des simples et des fous, vaste étendue de plantes médicinales (les simples) et sauvages (les herbes folles) en forme d’ellipse où un accès unique menait à un espace circulaire situé en son centre habité par un marronnier. cette oeuvre évolutive est née au printemps deux mille quatorze dans un pré à brouter adjacent au foyer de vie pour adultes présentant une déficience mentale le Carrosse situé à saint-symphorien en belgique. il a été ouvert au public tous les week-ends du vingt-cinq avril au vingt-cinq octobre en l’an deux mille quinze, rythmé par des picniques - journées - particulières - performances et des ateliers. il a été mangé par les vaches en l’an deux mille seize. L’observatoire était dans ce monde de fous un espace d’observation du mouvement de la vie et un espace de liberté