Archive for the ‘news’ Category

les pensées submergées, Academia Belgica, Roma

Wednesday, June 8th, 2022

les pensées submergées, Academia Belgica, Roma
solo exhibition 10 03 2022 - 08 04 2022

Often, the plants that grow spontaneously in the streets of big cities have become cosmopolitan. Are these strange familiar-aliens, frequently considered improper, invading us, or have we invaded them? To botanise, to take into account the others – who are nonhuman species – it is necessary to slow down, to walk around and to observe by small steps.

les pensées submergées (Submerged Thoughts) constitutes the second part of the book les errantes naturelles (Natural Wanderers). les errantes naturelles interweaves thoughts, botanical walks, drawings, and photographs around spontaneous street plants, enhanced with texts inspired by Lise Duclaux’s encounters with botanists and readings done by the artist during her residencies in New York in 2018 and Rome in winter 2020 and January 2021. Drowned by the flood of information, the thoughts became entangled around the impossibility of giving a clear representation of what is natural.

*

Souvent les plantes qui poussent spontanément dans les rues des grandes villes sont devenues cosmopolites. Ces étranges familières étrangères, fréquemment considérées comme impropres, nous envahissent-elles ou bien est-ce nous qui les avons envahies ? Pour herboriser, prendre en compte les autres – qui ne sont pas de notre espèce – il faut nécessairement ralentir, se promener et observer à petits pas.

les pensées submergées constituent la deuxième partie du livre les errantes naturelles. les errantes naturelles imbriquent des pensées, des promenades à herboriser, des dessins et des photographies autour des plantes spontanées des rues et rehaussées, de textes inspirés par les rencontres de Lise Duclaux avec des botanistes et des lectures réalisées par l’artiste lors de ses résidences à New York en 2018 et à Rome en hiver 2020 et janvier 2021. Noyées par les flots informations, les pensées s’enchevêtrent autour de l’impossibilité de donner une représentation claire de ce qui serait naturel.


Installation in situ, dessins, photographies, impressions digitales, livre d’artiste

Installation in situ, dessins, photographies, impressions digitales, livre d’artiste les errantes naturelles,
livres de la bibliothèque de l’Academia Belgica et ail de Naples cueilli sur une pente

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

monte aux cieux - Tree of heaven (Ailanthus altissima)
pigment ink on paper, 35 x 50 cm, 2020

An Asian that came to Italy for the breeding of silkworms, the ailanthus silkmoth. The production of silk failed, the butterfly and the tree acclimatised. Having become cosmopolitan, the tree lives in all large Western cities; it settles in disturbed, uncomfortable, polluted environments, poor – even stony – soils. In Rome, it likes roadsides, railroads, unbuildable slopes, and some walled slopes. It suckers freely, sprouting from the roots. The more it is cut, the more it rejects, a way to resist and survive. It is one of the signs of the transformation of landscapes and the appearance of new forms, new agreements to come.

*

Asiatique arrivé en Italie pour l’élevage du vers à soie : le bombyx de l’ailante. La production de soie a échoué, le papillon et l’arbre se sont acclimatés. Devenu cosmopolite, il vit notamment dans toutes les grandes villes occidentales, il s’installe dans des milieux perturbés, inconfortables, pollués, les sols pauvres même caillouteux. À Rome, il affectionne les bords de route, les voies ferrées, les pentes inconstructibles, et parfois quelques pentes emmurées. Il drageonne, s’installe par rejets partant des racines. Plus il est coupé, plus il rejette, une manière de résister et survivre. Il est un des signes de la transformation des paysages et de l’apparition de nouvelles formes, de nouvelles ententes à venir.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Câprier des murs - Flinders rose (Capparis spinosa)
pigment ink, coloured pencil and painting on paper, 29,7 x 21 cm, 2020

On top of a pillar in the centre of Rome, a Flinders rose has developed sufficient roots to fetch the water necessary for its survival. The Flinders rose, or caper, can be found everywhere, even in the centre of the city. It is a bush that frequents the old walls and sunny cliffs. Native to rocky shores, it has found in the walls and ruins of Rome the same conditions necessary for its survival as in the rocks of the seaside.

*

Câprier installé en haut d’un pilier au centre de Rome qui a développé des racines suffisantes pour aller chercher l’eau nécessaire à sa survie. Le câprier est un buisson qui fréquente les vieux murs et les falaises ensoleillées de Rome. Originaire des rivages rocheux, il a trouvé dans les murs et les ruines de Rome les mêmes conditions nécessaires à sa survie que dans les rochers des bords de mer. On le croise partout même en plein centre.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Nombril de venus et mouron des oiseaux
Navelwort and the nodding chickweed (Umbilicus rupestris) 
pigment ink, coloured pencil and painting on paper, 29,7 x 21 cm, 2020

Spirit of the shaded wall, made for climbing, the Navelwort lives vertically. It is sometimes found on the bark of trees. Friend to insects, it moves thanks to them. It likes moisture and climbs little by little towards the north. The nodding chickweed lives everywhere - even in vegetable gardens - and in all positions.

*

Esprit des murs ombragés, taillés pour l’escalade, le nombril de venus vit à la verticale. On le rencontre parfois sur les écorces d’arbres. Ami des insectes, il se déplace grâce à eux. il aime l’humidité et monte petit à petit vers le nord. Le mouron des oiseaux, quant à lui, vit de partout même dans les jardins potagers et dans toutes les positions.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Ce vieil étranger le platane et moi
This old foreigner, the Old-World sycamore and me (Platanus orientalis)
pigment ink on paper, 42 x 29,7 cm, 2021

Oriental plane tree, more than 400 years old, living in the plane trees valley of the Villa Borghese park, naturalised but now rare, it was considered a foreign species imported at the ancient Greek and Roman times for the quality of its shade (cf. Pliny the Elder). The tree has lived through part of the history of Rome and knows a great deal about what goes on underground. What is a human life compared to the life of a tree?

*

Platane d’orient âgé de plus de 400 ans, vivant dans la vallée des platanes du parc de la Villa Borghese, naturalisé mais devenu rare, il était considéré comme une espèce étrangère importée au temps des Grecs et des Romains pour la qualité de son ombrage (cf. Pline l’Ancien). Il a vécu une partie de l’histoire de Rome et en connaît long sur ce qui se passe sous terre. Qu’est-ce qu’une vie humaine en comparaison avec la vie d’un arbre ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Saxifrage à trois doigts - Rue-leaved saxifrage (Saxifraga tridactylites)
pigment ink and coloured pencil and painting on paper, 29,7 x 21 cm, 2020 - 2021

Spirit of the walls, mountains, cliffs and dunes, a pioneer rarely exceeding 10 cm, made for climbing, a stealthy and seasonal plant that blooms at the dawn of spring, it is considered a miner, a stone drill, although no building has yet collapsed because of it. It promotes the accumulation of humus and substrate by dying and allow other, more demanding species to settle after it.

*

Esprit des murs, des montagnes des dunes et des falaises, pionnière dépassant rarement 10 cm, taillés pour l’escalade, furtive et saisonnière qui fleurit à l’orée du printemps, elle est considérée comme une mineuse, perceuse de pierre, bien qu’aucun édifice ne se soit écroulé à cause d’elle. Elles favorisent l’accumulation d’humus et de substrat en mourant et permettent à d’autres espèces plus exigeantes de s’installer derrière elles.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Ortie douteuse - Membranous nettle (Urtica membranacea)
pigment ink and coloured pencil on paper, 42 x 29,7 cm, 2020

The membranous nettle is specifically a Mediterranean species. It likes the morning dew, appears in the streets of Rome in mid-autumn and disappears in the heat of summer. It is a recurrent transient, ephemeral like most of the flora of the sidewalks. One comes across them from time to time in Belgium.

*

L’ortie douteuse est une espèce spécifiquement méditerranéenne. Elle affectionne la rosée du matin, apparaît dans les rues de Rome à la mi-automne et disparaît à la chaleur de l’été. C’est une récurrente passagère, éphémère comme la plupart de la flore des trottoirs. On croise de temps en temps quelques individus en Belgique.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Ruine de Rome - Coliseum ivy (Cymbalaria muralis)
pigment ink drawing, coloured pencil, and painting on paper, 42 x 29,7 cm, 2020

Harmless cosmopolitan that appreciates the old stones. It can be found along and on walls throughout Europe. Introduced 500 years ago from Italy, it has been cherished for centuries in the gardens of castles.

*

Inoffensive cosmopolite qui apprécie les vieilles pierres. On la rencontre le long et sur les murs dans toute l’Europe. Introduite il y a 500 ans depuis l’Italie, elle a été choyée pendant des siècles dans les jardins des châteaux.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Dissémination de la ruine de rome et de l’impatiente de l’Himalaya
Dissemination of Coliseum ivy and Himalayan balsam

pigment ink on paper, 21 x 29,7 cm, 2021

Coliseum ivy moves from gap to gap. It climbs by lengthening its stem to deposit its seeds in the crevices of the walls. To spread out, Himalayan balsam explodes its fruit at maturity and throws its seeds far and wide. No Himalayan balsam has been found in Rome.

*

La ruine de Rome se déplace d’interstice en interstice. Elle grimpe en allongeant sa tige pour déposer d’elle-même ses graines dans les anfractuosités des murs. L’impatiente de l’Himalaya fait exploser son fruit à maturité et projette ses graines au loin pour se disperser. Aucune impatiente n’a été rencontrée à Rome.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Casse pierre, pariétaire - Pellitory-of-the-wall (Parietaria judaica)
pigment ink, coloured pencil, and painting on paper, 29,7 x 42 cm, 2020 - 2021

Spirit of the caves and Mediterranean walls, present on earth since prehistoric times, it is the witness of change in the world. Unloved, green in winter, grey and dusty at the end of spring, it can be found on all old walls and cliffs. Friend to insects and birds, it has accompanied us for a long time. It goes on the offensive and tries to settle in Belgium.

*

Esprit des grottes et des murs méditerranéen, présente sur terre depuis la préhistoire, elle est le témoin des changements du monde. Mal aimée, verte en hiver, grise et poussiéreuse dès la fin du printemps, on la croise sur tous les vieux murs et les falaises. Amie des oiseaux et des insectes, elle nous accompagne depuis longtemps. Elle monte à l’assaut et tente de s’installer en Belgique.

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Les ententes communes - Common agreements

The spirit of walls, of sloping walls, walled slopes, and ruins
Climbing plants like humanised spaces and can withstand extreme conditions and wide variations in temperature.

L’esprit des murs, des murs en pentes, des pentes emmurées et des ruines
Les plantes à l’assaut des murs aiment les espaces humanisés, et supportent des conditions extrêmes et d’importantes variations de température.

*

Elucidations of the sidewalks

In the cracks of the sidewalks, along the walls, the spontaneous plants of the streets are recurring, transient, furtive, and seasonal. The street is a redundant space favourable to trampling; to settle there for any length of time is risky; most are ephemeral.

L’élucubration des trottoirs

Dans les fissures des trottoirs, le long des murs, les plantes spontanées des rues sont de récurrentes passagères, furtives et saisonnières. La rue est un espace redoutable propice aux piétinements, s’y installer dans la durée est risqué, la plupart sont éphémères.

dessins, photographies, livre d’artiste les errantes naturelles

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

quand deux substances
pigment ink on paper, 15 x 10,5 cm, 2020

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

inule visqueuse (Dittrichia viscosa)
pigment ink, coloured pencil, and painting on paper, 2020 - 2021

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

pâquerette mexicaine (Erigeron karvinskianus)
pigment ink, coloured pencil, and painting on paper, 2020 - 2021

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Les ententes communes - Common agreements

Forms of woodland thoughts - Formes de pensées sylvestres

On unbuildable slopes, steep escarpments, and sloping groves, a multitude of plants settle in according to the circulation of water, wind, rain, and the animals that inhabit or fly over them. A space where species become naturalised, where evolution and information exchange can take place freely, where spontaneous aliens rub shoulders with natives, where domesticated plants coexist with their wild plants, where the dying will be spontaneously replaced by other specimens. New landscapes in the making are created, new agreements are possible.

*

Dans les pentes inconstructibles, les escarpements escarpés, les bosquets en pente, une multitude de plantes s’installent au gré de la circulation de l’eau, des vents, des pluies, et des animaux qui les habitent ou les survolent. Espace où les espèces se naturalisent, où l’évolution, les échanges d’informations, peuvent se réaliser en toutes libertés, où les exotiques spontanées côtoient les indigènes, où les plantées domestiquées s’acoquinent avec les sauvageonnes, où les moribondes seront remplacées spontanément par d’autres. De nouveaux paysages en devenir se créent, de nouvelles ententes sont possibles.

dessins, photographies, impressions digitales d’une page d’un livre de la bibliothèque de l’Academia Belgica : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livres XIII

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

rêver d’un monde qui n’existe pas encore
pigment ink on paper, 15 x 10,5 cm, 2020

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Palmiers et montes aux cieux, Rome
photographie couleurs, 20 x 30 cm, 2020 - 2022

des larves de papillons et de coléoptères venues de lointains pays mangent les vieux palmiers étrangers jusqu’à les faire dépérir, les montes aux cieux commencent à prendre leur place les formes changent et nous annoncent les futurs changements de forme du monde

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Forms of woodland thoughts - Formes de pensées sylvestres

dessins, photographies, impressions digitales d’une page d’un livre de la bibliothèque de l’Academia Belgica : Lucrèce, De la Nature, et ail de Naples cueilli sur une pente

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

les idées c’est pas ce que nous pensons c’est ce qui nous fait penser
pigment ink on paper, 15 x 10,5 cm, 2021

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

formes émergentes de pensées sylvestres 03, bosquet viale delle belle arti, Rome
digital print, pigment ink, coloured pencil, marker, tapes, on paper, 48,2 x 42 cm, 2020

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

idée d’un réseau de plantes et champignons
(en région tempérée froide), 29,7 x 21 cm, 2020

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Les ententes communes - Common agreements

Les pensées émergentes des rives - Thoughts emerging from the banks

A few days of rain each winter are enough for the Tiber to flood. The current drains a multitude of waste: leaves, twigs, branches, fruit, seeds, paper, plastic, fabric. The ensemble mingles glued together by silt, clings to the plants and branches of the trees and forms small sculptures.

When the water level drops, the silt is deposited on the banks and in the gaps of the borders, offering possibilities for spontaneity; it allows seeds to germinate and transform the surroundings by growing. Like the fig tree, a spontaneous and cultivated Mediterranean tree, or the Spanish plane tree, an ornamental allee tree – a 17th-century cross between the oriental and American plane trees – which, after more than 200 years, has become spontaneous and settled on the banks.

*

Quelques jours de pluie suffisent chaque hiver pour que le Tibre soit en crue. Le courant draine une multitude de déchets: feuilles, brindilles, branches, fruits, graines, papiers, plastiques, tissus. L’ensemble collé par le limon se mélange, s’accroche aux plantes, aux branches des arbres et forme de petites sculptures.

À la décrue le limon se dépose sur les berges et dans les interstices des bordures, il offre des possibles à la spontanéité, il permet aux graines de germer et en poussant de transformer les abords. Comme le figuier arbre méditerranéen sauvage et cultivé ou le Platane d’Espagne, arbre d’ornement bordant les allées des rues – croisement réalisé au 17e siècle entre le platane d’orient et le platane d’Amérique – qui après plus de 200 ans est devenu spontané et s’installe sur les rives.

dessins, photographies, livre d’artiste : les errantes naturelles, livres de l’Academia Belgica :Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livres XII et XVI, Théophraste, Les Causes de phénomènes végétaux

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

fleurs de figues et son pollinisateur, pollinisation de l’inflorescence creuse d’une figue, naissance d’une figue mûre,
pigment ink and coloured pencil on paper, 3x 15 x 10,5 cm, 2020

dans le fourbi du monde - Musée L

Tuesday, March 8th, 2022

Magma, Triennal 10, Louvain-la-Neuve
group exhibition 16 09 2012 - 28 11 2021

dans le fourbi du monde
Intervention dans le Petit Cabinet des Histoires Naturelles du Musée L
installation in situ, impression offset et digitale sur papier, formats variables, 2011 - 2021
Musée L, Louvain-la-Neuve

installation in situ, impression offset et digitale sur papier, formats variables, 2015 - 2021

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

installation in situ, impression offset et digitale sur papier, formats variables, 2014 - 2021

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Drave printanière, (Draba verna)
dessin faisant face au Petit Cabinet des Histoires Naturelles
encre pigmentaire sur papier, peinture et crayons de couleur, 21 x 29,7 cm, 2021

Beaucoup plus grande sur papier que dans la vie, discrète et minuscule rencontrée pour la première fois place de la croix du sud à Louvain-la-Neuve, signe du retour du printemps, ses fleurs ne s’ouvrent qu’à ciel découvert. Mutante et polymorphe, vivant sur tous les continents, trop précoce pour espérer être butinée, elle assure seule sa pollinisation en un temps record, avant de disparaître aux prémices de l’été.

les errantes naturelles

Saturday, March 5th, 2022

gris béton, rouge brique
concrete grey - brick orange

Couverture cartonnée, 258 pages, 134 dessins et photographies accompagnées de pensées et de textes bidouillés, 246 x 147 cm
édition à lire à la loupe 2022, ISBN : 978-2-9601685-3-2

Souvent les plantes qui poussent spontanément dans les rues des grandes villes sont devenues cosmopolites. Ces étranges familières-étrangères, fréquemment considérées comme impropres, nous envahissent-elles ou bien est-ce nous qui les avons envahies ? Pour herboriser, prendre en compte les autres – qui ne sont pas de notre espèce – il faut nécéssairement ralentir, se promener et observer à petit pas. Après un séjour dans la mégapole new-yorkaise à arpenter Brooklyn où les plantes spontanées s’accoquinaient avec les déchets, ralentir à Rome était devenue une évidence, tant la ville s’ancre dans l’histoire des fondations de notre civilisation occidentale. Du Tree of Heaven au Saxifrage à trois doigts, des pentes inconstructibles aux pensées émergentes du Tibre, des murs en pentes aux pentes emmurées, l’évidence sautait aux yeux: même si certaines espèces étaient les mêmes, ce n’était pas pareil. La nature est une étrangeté, mais que veut dire être naturelle ? Au-delà de la ressemblance, il fallait tenter d’apprendre de la différence, une différence pouvant faire la différence.
----------------------

Often plants that grow spontaneously in big cities streets have become cosmopolitan. Are these strange familiar-aliens, frequently considered improper, invading us, or have we invaded them? To botanise, to take into account the others,others – who are nonhuman species – it is necessary to slow down, to walk around and to observe by small steps. After a sojourn in the New York megalopolis, where spontaneous plants were clinging to the waste, slowing down in Rome became an obvious choice, as the city is so deeply rooted in the history of the foundations of our Western civilisation. From the tree of heaven to the rue-leaved saxifrage, from the unbuildable slopes to the emerging thoughts of the Tiber, from the sloping walls to the walled slopes, the obvious was clear to see: even if some species were the same, it was not the same. Nature is a strangeness, but what does it mean to be natural? Beyond resemblance, it was necessary to try to learn from difference, a difference can make the difference.

c'est au plus près de la mer qu'on trouve les plus gros vers, livre

Thursday, June 10th, 2021

Editions du carreau - 2020
à commander aux éditions du carreau - machinealire@sfr.fr
150 exemplaires numérotés et signés, 20 x13,4 cm, 48 pages, cousu main

Risquons-Tout, WIELS

Thursday, June 10th, 2021

Risquons-Tout, WIELS, Bruxelles
group exhibition 12 09 2020 - 28 03 2021
silkscreen on paper, digital print on paper, drawing on paper, in situ painting on 15 windows, 2013 - 2020

le commun n'a pas de verbe, 2020, silkscreen on colored paper, 99,7 × 69,8 cm
we all need favorable conditions, making world is not limited to humans, we should be humus, 2016-2020, digital print on paper, 3 x 29,7 × 42 cm
racine vue du ciel, 2017, pigment ink on paper, 32,8 × 18,2 cm
le cauchemar du golfeur, poa annua, 2019, pigment ink and colored pencil on paper,
34,5 × 20,8cm
variations d'architectures des astres sous terre 01, 2019, pigment ink and white paint on paper, 29,4 × 14,7cm
Ce qui vient avant toute explication, 2020
alberi del cielo (ailanthus altissima), and hacked text: Résister au désastre, Isabelle Stengers, 2019, Face à Gaïa, Bruno Latour, 2015, silkscreen on paper, 51 × 72 cm
detail
l'air de rien, 2020
hacked text: Comment la terre s’est tue, pour une écologie des sens, David Abram,
silkscreen on paper (edition LLSPaleis), 51 × 72 cm
more info link
detail

Risquons-Tout, Wiels - les errantes naturelles

Thursday, June 10th, 2021

Risquons -Tout, WIELS, Bruxelles
group exhibition 12 09 2020 - 28 03 2021

text EN,FR,NL - guide visiteur wiels

Lise Duclaux’s work is structured by an investigation into the forms and processes of nature and ecosystems, similar to the methods of biology or cartography. Refuting any systematization of thought, the artist explores the complexity of the living through different disciplines, including drawing, writing, performance and installation. At WIELS, she creates a work in situ: her handwritten text on the windows traces the story of the wild plants that grow in the immediate vicinity. Duclaux reveals their origins and their clandestine journeys. In parallel, her drawings and silkscreens delve into the underground networks and territories of moles, thus extending the discipline of subterranean cartography, in the parts of the world that remain invisible.

L’œuvre de Lise Duclaux s’organise selon des recherches et des investigations de formes et de processus observés dans la nature et dans des écosystèmes, similaires à ceux de domaines scientifique comme la biologie ou la cartographie. Réfutant toute systématisation et tout académisme de la pensée, l’artiste explore la complexité du vivant à travers différentes disciplines, notamment le dessin, l’écriture, la performance et l’installation. Au WIELS, elle réalise une œuvre in situ : son texte écrit à la main sur les fenêtres retrace l’histoire des plantes sauvages qu’on rencontre dans le voisinage immédiat du WIELS. Duclaux révèle leurs origines et leurs voyages clandestins. Parallèlement, elle investit les réseaux et les territoires de taupes dans le sous-sol à travers des dessins et des sérigraphies, prolongeant ainsi la discipline de la cartographie souterraine de la part invisible du monde.

Het werk van Lise Duclaux is gestructureerd door haar onderzoek naar de vormen en processen van de natuur en haar ecosystemen, vergelijkbaar met die van de wetenschappen, zoals biologie of cartografie. De kunstenaar weerlegt elke systematisering en academisme van het denken en verkent de complexiteit van het leven door middel van verschillende disciplines, waaronder tekenen, schrijven, performance en installatie. In WIELS presenteert ze een in-situ tekening: haar handgeschreven tekst op de ramen vertelt de geschiedenis van wilde planten in de onmidellijke omgeving van WIELS. Duclaux onthult hun oorsprong en clandestiene reizen. Parallel daaraan verbeelden haar tekeningen en zeefdrukken de ondergrondse “netwerken” en territoria van mollen. Op die manier verruimt ze de discipline van de onderaardse cartografievan de onzichtbare delen van de wereld.


Les errantes naturelles et les autres, rencontrées des escaliers à l’entrée du parking en mai 2020
Natural wanderers and others encountered from the stairs to the entrance of the parking lot in May 2020
In situ painting on 15 windows, 3 x 184 x 78 cm and 12 x 190 x 80 cm

photo Philippe De Gobert

Risquons-Tout, Wiels - les errantes naturelles, work in progress

Thursday, June 10th, 2021

Risquons-Tout, WIELS, Bruxelles
group exhibition 12 09 2020 - 28 03 2021

les errantes naturelles et les autres, rencontrées des escaliers à l’entrée du parking en mai 2020
natural wanderers and others encountered from the stairs to the entrance of the parking lot in May 2020
In situ painting on 15 windows, 3 x 184 x 78 cm and 12 x 190 x 80 cm

maquette - dessins préparatoires - 42 x 29,7 cm
maquette - dessin préparatoire - 29,5 x 12,5 cm
maquette - dessin préparatoire - 29,5 x 12,5 cm

à l'horizon profond - livre boîte

Monday, June 7th, 2021

à l'horizon profond
livre boîte exemplaire unique
70 impressions digitales 42 x 29,7 cm sur papiers blancs ou colorés
+ liste des aphorismes, table des matières

collection banque nationale de belgique

a

- nous habitons une galaxie spirale barrée
- montagnesEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser
Taupinières parc de Laeken 01, Lise Duclaux
- l’espace ondule avec le temps
- toutes les étoiles sont comme nous elles naissent vivent et meurent, aucune étoile est seule perdue au milieu de l’univers
- valléesEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser, The mole, Kenneth Mellanby
- on a tous besoin de conditions favorables
- gazonEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser
The life of the mole, Gilliam Godfrey and Peter Crowcroft
- l’étrange à la couleur verte
- rien de ce qui est n’est séparé du reste
- communication entre voisinsEssais sur la nature et la culture, Vilém Flusser, The life of the mole, Gilliam Godfrey and Peter Crowcroft
- l’histoire humaine est plus qu’humaine
- l’autre est tout autre chose que l’autre
- matière sombreAurore, réflexions sur les préjugés moraux, Friedrich Nietzsche, Pour la science, revue août 1983
- l’atmosphère n’a pas de forme
- la lune s’éloigne chaque année un petit peu plus de nous
- entracteMes taupes, Günter Eich, The Natural History of Moles, Martyn L. Gorman and R. David Stone
- la surface du quotidien s’épaissit
- les racines n’ont pas d’idées arrêtées
- sujet et objetComment la terre s’est tue, pour une écologie des sens, David Abram
- the world is not a place
- mais comment l’univers est-il tombé aux mains des humains
- une étoile filante n’est qu’un petit grain de poussière qui s’enflamme dans l’atmosphère
- langageComment la terre s’est tue, pour une écologie des sens, David Abram, Pour la science, revue novembre 1983
- à regarder de près rien ne se ressemble jamais
- la nature a horreur du vide
- champignonsJamais seul, ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Marc-André Selosse
- le mélange est la forme propre du monde
- les certitudes sont toujours temporaires
- similitudeJamais seul, ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Marc-André Selosse, The new naturalist, The mole, Kenneth Mellanby
- il n’y a pas d’espace stable
- les racines sont des astres
- paysageLa grande balade, Hélène Bessette
- ça va sans dire
- et toi t’as peur
- mortMort d’un jardinier, Lucien Suel, Être au monde, Lise Duclaux
etc ...


à l'horizon profond

Tuesday, May 26th, 2020

When scientists and biologists deal with landscape, they use the term horizon.
With Lise Duclaux we take you to the deep horizon.
This deep horizon, or ‘underground’ landscape, which escapes our gaze and yet is home to a whole universe and an astonishing life. This landscape is invisible to us as it shapes the one we contemplate daily on the surface.
This life is the raw material with which Lise Duclaux works: seeds, plants and their roots, fungi and moles. This flora and fauna is explored as an allegory of society and its relationship to the Other, to the unknown.
Through the use of inventories and cartography, through the practice of drawing, writing, gardening and typographical composition, Lise Duclaux gives us a territory of thought based on scientific texts that she enchants through the poetry of her approach.
We all have in our gardens – our minds – underground passages that escape us and that lead our actions and our way of being with the Other. Lise Duclaux’s entire body of work is a profound questioning of the way of life in contemporary Western societies and our relationship to time and its profitability.

Fondation Salomon pour l’art contemporain - January 17 - July 12, 2020
The Abbey – contemporary art space, 15b che. de l’Abbaye 74940, Annecy-Le-Vieux, France

le cauchemar du golfeur, poa annua, 2019
encre pigmentaire et crayon de couleur sur papier 34,5x20,8 cm

 

 

 

 

Intérieur d’un astre sous terre 01 (coupe de racine), 2019
Encre pigmentaire sur papier, 32,8x18,2 cm

Petit érable champêtre aux racines champignonesques, 2019
Encre pigmentaire et crayon de couleur sur papier, 46x33,7 cm

 

 

 

 

 

 

Erable et chêne de montagne vue du ciel, 2019
Encre pigmentaire et crayon de couleur sur papier, 33,6x24,8 cm

à l'horizon profond, exposition Abbaye d'Annecy, Fondation Salomon

Tuesday, May 26th, 2020

à l'horizon profond
exposition Abbaye d'Annecy, Fondation Salomon, janvier 2020
vues d'exposition

sérigraphies, impressions digitales sur papiers, dessins, peintures et textes sur murs, 2013-2019